Pablus"/>

Les restes du Pablog - préoccupations ponctuelles


Jump to content.

Mes derniers tweets :

Perles du web

Maintenant inactive (remplacée par Twitter)ma revue du web pendant longtemps...De très bons liens :)

Clic sur les tags pour les articles sur...

Archives du blog

Vous pouvez aussi me donner de l'argent...

Mais pourquoi étaient-ils si méchants ?

Je me suis souvent demandé pourquoi TOUS les gouvernements communistes du bloc étaient devenus des dictatures violentes et obscurantistes.
N’aurait-il pas pu s’en constituer un ou deux différents ?
En d’autres termes, n’aurait-il pas pu exister un régime communiste pour le peuple ?

Plusieurs discussions m’ont permis de réunir quelques raisons simples à cela :

La première ne concerne pas seulement le communisme, mais aussi les monarchies, les systèmes où l’autorité spirituelle (religion) est mêlée au gouvernement, les tyrannies de tous bords… (et les systèmes pseudo-démocratiques présidentiels à la française) :
L’autocratie mène systématiquement à la folie mégalomane.
Pourquoi ?
Parce que la concentration du pouvoir en une personne transforme le lobbyisme et l’influence de tous les groupes d’intérêts (nécessaire à l’équilibre d’un gouvernement, fût-il dictatorial) en lèche-bottisme scientifique, indispensable à la manipulation des décisions du tyran.
Ce lèche-bottisme, à coup de “ce que vous faites est formidable” pour entrer dans les petits papiers, interdit toute (auto) critique dudit décideur, qui, naturellement, finit entouré d’un paradis artificiel de miroirs déformants, aucunement attachés à la réalité.
Ce fût le cas de Ceaucescu comme des autres. (et ça n’améliore pas le cas déjà pathologique de notre cher président)

La deuxième est historique : quand les chars de l’armée rouge ont efficacement servi d’argument politique à l’imposition du système communiste, le parti communiste comptait quelques milliers de personnes en Roumanie.
Parti devenu obligatoire et unique, la sélection citoyenne classique s’opéra : les bons, courageux, teigneux, grandes gueules, amoureux de la liberté, militants, résistants, intellectuels…s’opposèrent (et furent tous exécutés) ; les opportunistes, les lâches, les lèche-culs, les ambitieux, les “tire dans le dos”, les dénonciateurs, les méchants…s’imposèrent. Il est aisé de comprendre comment SEULS les plus ambitieux ont retourné leur veste à ce moment précis et en ont obtenu les postes influents plus tard. On en déduit donc aisément la quantité de matière éthique ou humaniste qui travaillait sous les casquettes communistes.

La troisième raison incontestable que j’ai trouvé est l’influence totale de Moscou. Outre des ressources à envoyer, des modèles à suivre, des symboles à respecter…, Moscou espionnait constamment les gouvernements des démocraties populaires - qui le savaient- et laissait planer le spectre du printemps de Prague sur les têtes de tous les dirigeants imaginant changer le système ou “faire du soft”.

La quatrième raison est la nature même du coup d’Etat illégitime de Moscou : seule la terreur absolue, la répression sanglante et l’annihilation totale de tout esprit de résistance peut parvenir à s’imposer suffisamment totalement pour qu’un système aussi peu naturel que le communisme soit appliqué totalement. Et ce système n’est pas applicable partiellement, d’abord parce que “qu’est-ce qu’on fait de ceux qui veulent pas ?” et ensuite parce que la réussite personnelle (interdite par le communisme) est le moteur des gens. Qui se fichent du bien collectif. Que donc, sans sanglantes méthodes de motivations, le système communiste est moins productif et ses citoyens vont tenter naturellement de changer pour un système où leur talent sera valorisé. Ce qui signifie, sans terreur pour garder ces talentueux frustrés, la mort de la communauté.
La terreur est donc intrinsèquement nécessaire à un système communiste global.

Il y a forcément d’autres raisons. Ou des contres-exemples. Mais ces petites enquêtes m’ont convaincu d’une chose :
Quelques que soient les raisons philosophiques ou politiques, l’usage des anciens symboles du parti par l’actuel parti communiste français est une insulte à la mémoire des populations opprimées. Le drapeau communiste utilisé en France est aussi choquant pour un roumain qu’une croix gammée pour un allemand. Et devrait être condamné de la même force.

7 comments

  1. Julie Navarro posted on 3 janvier 2009:

    BONNE ANNÉE À TOI PABLUX !!!
    PLEIN DE BISOUS, J’ESPÈRE TE VOIR BIENTÔT.

  2. Pablus posted on 7 janvier 2009:

    Oui, merci toi aussi…
    Si on pousse un peu on se fera la soirée ex-bts dont on parle sur la photo sur facebook !
    Sinon, j’espère avant

  3. OsK posted on 11 janvier 2009:

    Parce que c’était dommage de laisser deux commentaires pourris en dessous d’un article si bien écrit, j’en profite au passage pour te féliciter pour cet œil assez profond sur des pays encore rouges dans leur terre du sang des opposants.

    Mais quid de la russie actuelle ?

  4. Pablus posted on 12 janvier 2009:

    J’avais sur le système russe un sentiment particulièrement accusateur : “parti unique”, idéologie nationaliste quasi raciste, forte propagande…Etc.
    Mais l’on peut rajouter à l’équation qu’après les stalinismes, les tsars, le communisme…la dureté du parti actuel est duveteuse ; que les russes ont réformé leur dictature communiste d’eux-même ; que l’éducation des jeunes (même si propagandés, voir nagui) est une priorité -contrairement aux anti-intellectualismes propres aux fascimes- …

    En tous cas, pour le sport, la prochaine fois je vais en Russie, leur poser les mêmes questions :D

  5. stranum53 posted on 11 février 2009:

    et toutefois, Pablus, ta question merite un regard plus approfondi.

    cela veut dire qu’on a eu des nuances entre les regimes communistes de l’Europe orientale. l’ex-Yougoslavie etait un etat plus democratique que les autres etats communistes, avec une economie plus libre, de type hybride, comparable avec la structure de l’economie francaise du temps.

    l’Hongrie, conduite par Janos Kadar, etait elle aussi un etat plus “democratique” que la majorite, avec une economie qui, meme planifiee, fonctionnait conformement aux regles de la profitabilite.

    il y a aussi, je pense, la Tchecoslovaquie et la Pologne (la derniere avec la Solidarnost).

    d’autre part, lex examples negatives: la Roumanie, la Bulgarie et le RDA. ce qui explique beaucoup de choses…

  6. Pablus posted on 12 février 2009:

    Merci de ton éclairage. Ces informations me font très largement défaut et il me tarde d’avoir le temps d’approfondir les comparaisons.
    C’est promis, j’enquêterai dans les pays que tu cites dès que j’y mets un pied. Et je vous tiens au courant ici.

    Du coup, j’y confronterai mes “arguments imparables” pour voir s’ils le sont vraiment.
    Je vous promets que si une économie planifiée est possible -souhaitable-, j’arrête d’insulter le parti communiste français… !

  7. stranum53 posted on 16 février 2009:

    je te donne aussi une information que tu trouverais, peut-etre, interesante.

    j’ai eu l’occasion d’etudier la transition economique dans les etats communistes et ex-communistes. les etats est-europeens ont connu une forte regression economique pendant leur transition vers l’economie de marche (dans le commencement des annees 1990), alors qu’on a eu seulement 2 etats - non-europeens - epargnes de cette chute.

    il s’agit du Vietnam et de la Chine. la, la transition economique vers l’economie de marche a ete guidee par les leaders du parti. ils ont compris que l’economie planifiee etait impossible.

    cela etant dit, je trouve que une economie planifiee est tout a fait inefficace et surtout insouhaitable. pour cela, tu peux etudier le parcours des gouvernements socialistes en Angleterre, pendant la deuxieme partie du XXe siecle - comment on a commence et comment on a fini.

    c’est pourquoi je n’arrive a comprendre comment un parti communiste, soutenant un modele economique falimentaire, peut exister dans le XXIe siecle. et, de surcroit, dans un pays developpe.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>



Read more

« De la démocratie en Roumanie
Toucher l’e-monde : l’Interactive Media Lab »