Pablus"/>

Les restes du Pablog - préoccupations ponctuelles


Jump to content.

Mes derniers tweets :

Perles du web

Maintenant inactive (remplacée par Twitter)ma revue du web pendant longtemps...De très bons liens :)

Clic sur les tags pour les articles sur...

Archives du blog

Vous pouvez aussi me donner de l'argent...

24 heures de la vie dans un BRIC

8h - Mon réveil sonne pour la troisième fois mais je m’étais rendormi énervé des klaxons incessants du périph’ voisin. Cette fois je suis en retard mais je dois laver mon linge pour demain (dans le bac qui sert traditionnellement de douche aux indiens - ça s’appelle “Bucket shower” par ici et c’est achte bon pour la planète, paraît-il, mais c’est galère), donc au diable la varice.
Ça, c’est une bucket shower typique. (la mienne est moins jolie :) )

J’éloigne les quelques insectes qui profitent de l’humidité de notre petite salle de bain (la chaleur y est torride, le ventilateur (de plafond) n’est que pour la chambre), vidange mon ventre d’une interminable diarrhée (Causée, semble-t-il, par la consommation d’un jus de fruit coupé à l’eau du robinet qui est toxique pour les indiens comme pour moi…Je tiens à dire que, vivant au quotidien un pays où les restrictions d’eau potable sont omniprésentes, ça donne envie d’arrêter de polluer les dernières nappes d’eau potable françaises, ne serait-ce que pour que les pauvres ne multiplient pas par dix leur budget eau. Donc, svp, bouffons bio et le moins de viande possible), douche et lessive, m’habille et réveille mon “coloc” (Je pense que l’anglais room-mate est plus proche de la vérité : on s’est pas choisi et on vit dans une chambre) pour le prévenir de mon départ (La chambre se ferme de l’extérieur par un verrou et de l’intérieur par un loquet. S’il veut dormir tranquille, mon coloc doit fermer derrière moi quand je pars - et je le réveille quand je rentre, pour la même raison).

Ça, c’est un panneau d’indication de base…je t’en prie, vas trouver n’importe quoi dans cette ville :)

Je suis vétu de vêtements ultra légers, achetés ça et là, qui ne ressemblent en rien aux vêtements occidentaux. Disons plus aux presque-mousselines informes que portent les “roots orientalisés” occidentaux…C’est vrai que ça tappe à Bangalore, même si c’est une des villes les plus fraîches d’Inde…J’enfourche mon vélo - n’ayant étrangement pas de vitesses, mais des amortisseurs avant et arrière - esquive trois “autos“, une enfant qui me parle tous les matins en kannada (que je m’obstine à ne pas comprendre), les trous du trottoir et m’insère “subtilement” dans la circulation sur la voie de gauche. (ne pas oublier pablo, ne pas oublier).

Ça, c’est une “auto” de Bangalore de base. C’est comme les taxis de Bucarest, sauf qu’ils conduisent bien plus mal…

EDIT : La comparaison vaut pour l’usage (Il sont tous relativement peu chers et omniprésents) qu’on en fait, non pas pour les aspects mécaniques ou performantiels de la chose.

Ma route croise celle de femmes en saris de toutes les couleurs, d’un nombre invraisemblable de deux-roues et d’autres véhicules dont tous se disputent le titre du plus dangereux conducteur. Quelques vaches broutent des ordures ci et là, les vendeurs ambulants crient leurs produits aux portes closes et fenêtres ouvertes, de braves citoyens dessinent des kolams devant leur porte. Le temps est encore doux, des arbres aversent de fleurs de fin d’été mon chemin et toutes les routes de Bangalore. (qui est connue pour être la ville Jardin de l’Inde, particulièrement pleine d’arbres et de parcs)

Ca c’est une dame en sari qui porte des colliers de fleurs (à vendre) dont les femmes se parent la crinière pour je ne sais quelle religieuse raison…

(ça c’est un jack-fruit tree dans la rue, avec ses jack-fruits immenses qui pendent - qui seront vendus dans cette rue un de ces jours- et je suis apparement le seul à pas connaître cet arbre. Notez qu’il y a plein de fruits exotiques partout ici, des omniprésentes noix de coco aux mangues)

Ça, c’est un kolam dessiné à la poudre de riz (mélangée à l’eau), devant une porte. Quasiment tout le monde dessine ces choses devant la porte, par ici.

Quelques miracles circulatoires plus tard (puisque je suis toujours en vie), j’arrive au bureau. A part la nourriture ultra épicée (tout le temps végétarien et la plupart du temps à base de Rotis, riz et différentes préparations épicées dont je ne me souviens jamais du nom) et l’exagération hiérarchique qui règne au boulot - due en partie au moins aux rémanences psychologiques de castes -, rien de bien particulier. Si, peut-être la propension qu’à la discussion du lunch-break à parler mariage…et toujours ce plaisir de manger avec les doigts (de la main droite, s’il vous plaît, car ici, la plupart des gens n’utilisent pas de PQ mais leur main…gauche, alors t’imagines)

Ah oui, et les black-out électriques réguliers (minimum plusieurs fois par jour)…Encore une vision prémonitoire de ce qui arrive doucement en Europe avec le pic pétrolier et notre stupide dépendance énergétique.

Le soir venu, départ tard du boulot, cours de tablas si c’est le jour, dîner dans un “upahar” (sorte de restauration rapide indienne, où je mange soit un veg-rice biryani (bien épicé) ou un gobi manchurian (bien épicé), dicussions politiques avec Shivs (une collègue américaine de science po, c’est un plaisir de batailler avec quelqu’un d’aussi têtu que moi, tout en apprenant l’anglais) et retour à la chambre, où je bouquine, combat quelques moustiques et me fait raconter l’Inde et l’Hindouisme par mon coloc. A noter, s’il est 10h passées au retour, c’est soit disant “dangereux” et tout est fermé. Les chiens se réunissent en meutes et deviennent incroyablement agressifs et tout le monde m’a dit de me méfier des motards et des gens et de ne pas rentrer seul, même à vélo. Je pense pour ma part que le matraquage médiatique sur l’insécurité a rendu les indiens assez paranos. Et pour les chiens, je me munis d’un bâton si j’en trouve un et ça s’est bien passé jusqu’à présent.

Ça, c’est le gobi manchurian. Gobi, c’est choux fleur, préparé à la manière de la Chine du Sud et c’est trop bon…

Donc, après la tentative d’immersion dans un quotidien fort éloigné, je me propose d’attaquer le prochain post sur un sujet comme le mariage arrangé, les castes, les disparités sociales, le poids de la religion ou un autre truc croustillant…

Disons pour introduire le sujet que la culture indienne est très hermétique. Que les lecteurs indiens et les proches de cette culture m’en pardonne, mais je n’ai jamais vu un tel protectionnisme culturel. Pour un occidental, il est inimaginable et inimaginé de s’intégrer. De fait, les occidentaux sont traités avec l’”affabilité” que l’on réserve aux riches et aux curieux pas méchants. L’immersion culturelle se réduit le plus souvent à des réponses franches et bienveillantes, mais jamais de réelles ouvertures. Je ne suis et ne serai jamais considéré comme un indien par la plupart des indiens, ni ne serait considéré comme un mari potentiel par la plupart des indiennes. Il est déjà presque impossible pour un indien du nord de se sentir chez lui dans un état du sud, alors t’imagines… Les indiens “tradi” peuvent être très ouverts, ils ne se font pas d’illusion et n’en entretiennent pas sur le fait que quoi qu’on fasse pour s’en rapprocher, on ne sera que des touristes culturels. Les indiens “modernes” ont adopté la liberté de ton et de pensée occidentale et en général, vomissent l’essentiel des limites culturelles de leurs traditions qu’ils considèrent indignes. Du coup, il y a difficilement d’entre-deux.

De fait, faire partie pour la première fois de ma vie d’une minorité visible est une singulière expérience. Dans l’essentiel de mon quotidien, je suis le seul blanc et je suis “reluqué” comme tel par beaucoup. En général, dans une sorte d’extraordinaire hospitalité indienne, ou un genre de conservation d’un respect post-colonial (ou de stupide glorification des “colonisateurs” de la colonisation culturelle en cours), les indiens me traitent beaucoup mieux qu’ils ne traitent un autre indien, du nord ou du sud.Mon pouvoir d’achat “supposé” (en tant que blanc, encore une fois) n’y est pas pour rien non plus.

Ça me rappelle ce détail d’un WE à Pondicherry…Voici comment je le racontais sur Facebook :

“En fait, c’est plus de se baigner dans le golfe du bengale qui défonce et le seaside d’un pays tropical, c’est méchant (bien que pas propre ici)
Les tamili (indiens de l’état qui entoure Pondi) sont adorables, hyper curieux…
A pondi et à Auroville, le truc le plus différent c’est le nombre d’occidentaux de partout. La plupart sont super peace, vraiment adorables. La confiance totale est de mise, c’est la fraternité incarnée là bas.
Mais, ombre au tableau, si tu peux t’imaginer le truc de fou, sur la plage d’auroville ya un espace réservé aux occidentaux. Au début, innocent, j’accepte l’idée que c’est pour protéger les indiens des moeurs vestimentaires occidentales plus libres (les indiennes se baignent en sari). Puis à l’usage, faisant un footing sur la place avec trois jeunes pécheurs tamili, ils s’arrêtent à un point et me disent “continue et reviens, on t’attend ici”. L’idée est que cette pseudo protection culturelle est juste un appartheid déguisé : il y a un garde sur la plage des blancs et c’est à la gueule (à la couleur de peau) que le type chasse les indiens et accepte les occidentaux.
Bref, le truc dégueu...C’est fou ici, mais c’est toujours comme ça, ya le côté génial et l’autre…et il faut jamais se laisser aller à se faire des lunettes en PQ pour voir la vie en rose.”

Bref. Je sais que les lignes ci-dessus sont exagérées, simplistes et non-réfléchies, mais je les écris quand même, ne serait-ce que pour amorcer une discussion intéressante, tant que je prends le temps d’écrire.

J’en reste là pour ce soir, il me faut affronter les chiens sur mon vélo :)

Bisous à tous

Ah oui, tiens, j’ai expérimenté un hopital indien le WE dernier, faut que je pense à raconter ça :)

Et tiens, ça c’est juste pour illustrer la différence d’esthétique entre certaines manifestations culturelles indiennes et notre quotidien silencieux, coincé et grisâtre français :p

Et puis un petit croquis pour la route…

Ah oui, et pour voir à quoi ressemble l’Etat dans lequel je vis, c’est ici (bien sûr, c’est que des images touristiques)

19 comments

  1. Rux posted on 7 avril 2010:

    Super chronique Pablo, merci! C tellement visuel ce que tu écris là! Je me suis bien fait plaisir à lire tout ça. En même temps, à ce que tu racontes là, les ressemblances Inde - Roumanie ne sont pas si évidentes que ça. Du moins, j’espère que c’est pas ce que tu penses…

    Petite question : qu’est-ce que tu peux dire des relations entre Inde et Pakistan, vu du côté indien ?

  2. Antoine posted on 8 avril 2010:

    “Mon réveil sonne pour la troisième fois mais je m’étais rendormi” –> Jusque la, rien de nouveau !!!

    ” Je vidange mon ventre d’une interminable diarrhé” –> Alors ca par contre c’est du nouveau ! Finalement, tu as fini par la choper la chiasse !!! Fallait emmener une bouteille de pastis pour désinfecter l’eau !

    Continue d’essayer de t’intégrer (pour ca je te fait confiance), même si tout ces schismes (vraiment flippant a te lire, donc à le vivre j’imagine même pas) paraissent insurmontables.

    N’oublie pas, rouler à gauche et manger de la main droite. Si tu inverse, ca va mal finir pour toi …

    Je suis assez impatient de connaitre ta raison de ta visite à l’hosto ! Décidément, la visite des hôpitaux à chaque fois que tu va dans un pays étranger est une habitude chez toi …

    Merci beaucoup de partager ces moments avec nous ! Continue …

    P.S. : j’aimerais tout de même voir une photos de toi, ressemblant à un roots orientalisé !

    P.S. 2 : comment se porte ta moustache ? Dès lors qu’elle sera assez grande (ta moustache …), tu pourra devenir gardien du palais, et obtenir une prime de moustache (véridique, je viens de le lire !)

  3. Pablus posted on 8 avril 2010:

    @ruxus Les ressemblances Inde-Roumanie sont plus relatives aux personnes et au sens des traditions…Je pense que ces ressemblances sont surtout des différences qu’ont les pays hyper-industrialisés avec tous les autres :) et qui ne me paraîssent pas évidente parce que je suis si “occidental”…J’y reviendrai bien sûr. Après, il y a bien sûr des ressemblances liées à la vie quotidienne dans un pays moins riche que la France :) mais ce n’est pas le plus flagrant. Merci pour les encouragements. Pour ce qui est de l’Inde Pakistan, j’essayerai d’écrire là-dessus aussi, c’est très impressionnant. Les enjeux sont colossaux et l’émotionnel est omniprésent. De même que la question Hongaro-roumaine en Transylvanie ne peut être objectivement posée en Roumanie, l’Inde et le Pakistan rivalisent de mauvaise foi et il n’y a pas qu’une seule vérité :D
    Mais j’avoue que le sujet n’est pas évident, on est assez loin de ça et les quelques indiens à qui j’en ai parlé me sortent des belles idées préconçues. J’essayerai d’y voir plus clair.

    @antoine J’ai volontairement axé cet article sur les différences pour faire ressentir la distance culturelle inattendue et ça sonne très négatif, mais ça ne l’est pas. En fait, tout ça est extrêmement enrichissant et cette vision naïve et grossière que j’ai posé dans les premiers articles l’ont été volontairement pour conserver une trace de mes premiers préjugés et premières réactions. Je veux surtout éviter de masquer les vraies questions sous prétexte d’ouverture et d’acceptation culturelle. Ce qui me force à aller trop vite en besogne pour en parler avant de comprendre, et me force à simplifier pour que je crache mes préjugés sans trop de gants, histoire d’être sincère et pas subtil.
    Alors bien sûr, les indiens qui liront ce blog vont sûrement en être blessés…mais c’est ainsi, j’aurais le temps de m’expliquer :)

    Il me faut aussi préciser quelque chose : l’intégration culturelle impossible dont je parle ici est celle de l’Inde traditionnelle. L’intégration sociale et culturelle (culture “moderne”) est très facile et la gentillesse et l’hospitalité de mes amis indiens en sont la preuve vivante.

    Pour la visite à l’hosto, je me demande si je garde pas la surprise tellement c’est con, ça peut faire marrer avec un peu de narration décalée :). Mais j’avoue que j’aurai bouffé pas mal d’hôpitaux dans les deux dernières années !

    Pour la photo, je te promets, je poste ça bientôt
    Et pour la moustache, t’inquiète, ça pousse :D je me marre bien à essayer d’imaginer quelle coupe je vais choisir !!! Peut-être un petit sondage sur le Pablog pour ça ? :D C’est quoi cette histoire de gardien du palais…t’aurais pas un lien ?
    bisous

  4. R2 posted on 8 avril 2010:

    What you write is valid and fascinating, from both sides of the divide. I only have some questions for you to consider, so that maybe you will gain further insights into ‘Indian culture’. After all, we can interpret even what we cannot comprehend.

    Good, so to start: you mention something about how to be an Indian (?) - “Je ne suis et ne serai jamais considéré comme un indien par la plupart des indiens” This is difficult even for the locals. After all, what is it to be Indian? Identity here is as fluid (and strangely unpredictable) as the monsoons. The advantage of having Indian skin? For me, it’s to see the beauty and filth of society, to wander among the dualities freely, while still viewing this world as an ‘outsider’. It is like looking through a kaleidoscope. Look at Sarah, nobody looks at her as a foreigner because they think she is North-East Indian. So she blends in easily…but unfortunately, Indians treat North-Easterners like second-class citizens. We come to the next thing: obsession with white skin. Correct. We call this the ‘colonial hangover’. Stupid us: light skin is preferred and dark skin to be avoided (but there are exceptions, we will speak about this later). What has taken me years to understand is that the massive divide between north and south Indians and questions of marriage and class, all begin with caste. And everyone knows their family’s caste - just ask any of your friends (privately).

    I apologise in return if i have misinterpreted anything you wrote…lost in transliteration, i say! I tried to read le Pablog for fun, but it is really good stimulation for the brain. :)

    Another thing which drives me mad: the fracture between Muslims and Hindus, consciously or otherwise. We must have drinks over this conversation. Perhaps with Iggy because she has an MA in sociology :)

    It’s good if you speak with both women and men when you are discovering these topics… gender is the one factor that differentiates greatly on things like marriage, work, and family.

  5. Pablus posted on 8 avril 2010:

    Thank you R2 for your insights. You’ve read everything perfectly and you’re welcome to have fun with the Pablog as much as you want :)
    Après mûre réflexion et avec l’autorisation de R2, je réponds en français, parce que pour le moment, la majorité des lecteurs de ces lignes sont francophones.

    Comme tu dis, la question “qu’est-ce qu’être indien” mêne à des pistes de réflexion (et des passions) très profondes, qu’un français après un mois d’”indianité” ne peut même pas approcher. (des anthropologues, sociologues et psychologues s’arrachent les cheveux à ce sujet depuis toujours)
    La plupart des indiens ressentent patriotisme et fierté (avec les critiques et déceptions qui vont avec) envers leur pays. Tous m’ont évoqué leur préoccupation pour la corruption et les conflits d’intérêts du système politique et beaucoup évoquent la place qu’occupent les minorités (intouchables, basses castes, sikhs, musulmans, zoroastres…) dans la représentation politique. (d’aucuns pour signaler que l’Inde se perd, d’autres pour en faire le pays rêvé des minorités)

    Je ne sais quasiment rien des différences culturelles entre Inde du Nord et du Sud, puisque que je ne suis confronté qu’à une partie. Signifies-tu que les indiens du nord sont culturellement moins contraints par le mariage et les classes sociales - ou plus ?

    C’est difficile à dire sans être politiquement incorrect (surtout pour le peu que j’en sais) mais à mon sens et pour le moment, la plupart des mécanismes traditionnels de conservation d’équilibres de pouvoirs “non-égalitaires”(dans le sens français du terme) proviennent de la religion…qui apporte par ailleurs beaucoup de positif dans la société indienne. (j’y reviendrai, cet aspect est vraiment époustouflant)

    Enfin, sur la perception très “sexuée” de ces questions, je confirme, c’est flagrant. De l’intérêt d’être un mec, car je crains qu’une fille ne puisse pas facilement parler avec les indiens de ces sujets. (même si mon genre m’interdit des discussions avec certaines indiennes, heureusement, celles que j’ai sous la main sont très ouvertes à la discussion :) et loin d’être conservatrices :p )

    Et pour la relation Musulmans et Hindous, c’est passionnant. C’est, de fait, un des points communs les moins évidents entre la Roumanie (la relation Roumains-rroms, expliquée -hum- brillament sur le Pablog pour ceux qui s’en souviennent) et l’Inde (relation Hindous-musulmans)…Et bien sûr, on reviendra sur ce point aussi :)

    J’ajoute enfin (pour les français - je n’ai réalisé ça que récemment, en Inde) que l’aspect “colonisation” est un élément à prendre systématiquement en compte dans l’analyse des pays du “global south” :) et qu’en Inde, il explique bien des choses…

    A suivre :)

  6. Irina posted on 8 avril 2010:

    Mais quelle découverte surprenante ! Me dis pas qu’en Caltuttenstein du N on continue parler l’allemand et l’hongrois, pareil qu’au NV de la Roumanie ? Oauuu ! je me souviens la dernière veuve brûlée de vive ( à coté de son mari décédé ) dans la place Romana de Bucarest ! Je ne savais pas que certaines castes indiennes ont le même coutume que les roumains du sud)

    Quant à la ressemblance entre celle trottinette indienne et le taxis de Bucarest, soit tu a des graves problèmes de perception, soit tu es malicieux ….soit les deux à la fois.

    Sinon, au delà des informations culturelles que ton poste puisse fournir, tous tes commentaires par rapport à l’Inde transpirent une autosuffisance typique pour certains habitants de l’Hexagone.

  7. Rux posted on 8 avril 2010:

    Je me suis fâchée pour la comparaison, mais je viens d’apprendre une mieux : Roumanie = Pakistan sans les chèvres :))

  8. Pablus posted on 9 avril 2010:

    Je suis vraiment désolé de vous avoir blessé et ce n’est pas ce que je voulais faire.
    Mais Irina, je ne crois pas qu’on compare la même chose.
    Point par point (si c’est utile)
    - je ne compare pas la trottinette et le taxi mais, avec ironie, la manière de conduire et c’est pour rire - bon, je vois que ça fait pas rire tout le monde -
    - les veuves brûlées vives ne sont pas une caractéristique de l’Inde, c’est une vision fantasmée
    - les coutumes de castes ont en commun avec des éléments de traditions roumains d’être, justement, issus de tradition. C’est en cela que, par rapport à moi dont la famille s’est largement éloignée de la tradition française, qui est elle-même beaucoup plus diluée dans des valeurs nouvelles (américaines? occidentales? matérialistes?) que ces 2 pays, que la société roumaine et indienne me proposent des points de comparaisons. Je n’entends pas dire que l’importance de la tradition en Roumanie est comparable avec l’importance qu’elle a en Inde ni que les conséquences sociales de la tradition roumaine sont aussi graves que les conséquences sociales des traditions indiennes (tu noteras à ce sujet, pour avoir lu le Pablog pendant mon séjour en Roumanie et en Inde, que je m’apprête à disséquer les conséquences négatives de la puissance de la tradition en Inde alors que je ne l’ai jamais fait pour la Roumanie, c’est bien parce que je n’en pense pas la même chose, loin s’en faut)

    Et de manière générale :
    Je sais que les français sont arrogants et que je ne fais pas exception. Je fais le choix volontaire de créer de la discussion et de partager des expériences à l’étranger, sachant pertinement que ça sonne “jugement”, “arrogant”, “ex-colonisateur” et tout ce que tu veux … J’essaie autant que mon arrogance me le permet de ne pas généraliser ou de rester ouvert à la discussion, dans le pays et en ligne. Et je pense que cette tentative de partage avec les gens qui en sont intéressés peut leur être intéressante (sinon pourquoi lirait-ils ?) malgré la vision étriquée, franco-centrée, anti-roumaine caractérisée et autosuffisante que j’y insuffle avec perversion.

    Donc, pour conclure, je ne veux certainement pas me fâcher avec toi (ni Rux) pour une raison aussi stupide qu’une ligne dans un blog, donc je m’excuse d’avoir été si caricatural et pas clair, je vous promets que je ne referai pas de comparaisons aussi hâtives et non expliquées. Je promets d’ailleurs d’essayer d’en tirer des leçons pour d’autres personnes que je pourrais vexer avec des lignes irréfléchies.

    Et pour finir, je continuerai cette comparaison Inde-Roumanie parce que je pense que c’est intéressant, mais je mettrai de l’eau dans mon vin et j’expliquerai de manière plus détaillée ma vision pour éviter de vous vexer autant que possible.

  9. R2 posted on 9 avril 2010:

    You will find plenty of people in India with strong opinions on everything in the world, so please don’t apologise for your sincerity, which is an invaluable trait. On the comparison between India and Romania, I say nothing, knowing little.

    You know, the journalist (Shabnam Virmani) who made history in the 1980s with her story on “les veuves brûlées vives” lives in Bangalore, a fascinating woman. But yes, this disgusting act is now dead in India.

    To a point on North and South Indians - North Indians are just as constrained by issues of marriage and social classes. I simply meant that caste is the main reason for the divide even between North and South Indians. They are literally worlds apart. (Given that India is roughly the size of Europe, not surprising)

    To be continued :)

  10. Rux posted on 9 avril 2010:

    Hey Pablo, il ne s’agit pas de “diluer” mais de parler autant des differences que de ressemblences. C pas que c trop “concentré”, mais que c pas complet. Le lecteur non-avisé peut très bien croire que Roumanie est pareil que l’Inde. Cela étant dit, tu peux t’imaginer que quand les gens t’ont accueilli et reçu sous leur toit sans reserves, ils se sentent un peu blessés à lire les choses négatives sans d’autre explication. Sinon, je veux bien lire tes chroniques et pas te censurer, même si ça a l’air :)

  11. Pablus posted on 9 avril 2010:

    @Rux Je dis ça comme ça mais je n’ai jamais considéré qu’être comparé avec l’Inde pouvait être négatif, c’est votre vision de la chose. Donc, de ça, je ne m’excuserai certainement pas. Mais tu as raison, bien sûr, je dois veiller à équilibrer avec les innombrables (c’est peu dire) différences avec la Roumanie (ou n’importe quel pays que je compare) pour éviter d’induire le lecteur en erreur. Et je suis ravi que tu continues à me lire :D

    @R2 Je ne savais pas que tu comprenais le français si bien, tu ne me l’as jamais dit :).
    Si je comprends bien, c’est donc les traditions spécifiques à chaques castes (castes très différentes selon les régions d’Inde) qui sont motrices de si grandes différences culturelles ? Est-ce que je peux résumer par “les castes sont un des principaux véhicules de certains aspects de la culture indienne” ? Il serait intéressant de comprendre quels aspects sont plus particulièrement concernés : les castes sont une différence majeure d’avec les pays européens que je connais et sont donc un des principaux vecteurs d’incompréhension ou de logiques nouvelles logiques…J’en conclue grâce à toi (même si ça paraissait évident) que c’est donc bien une des priorités de découvertes pour tenter de comprendre mieux l’Inde… A suivre :)

  12. Rux posted on 9 avril 2010:

    Ca peut être négatif dans la mésure ou tu compares seulement les aspects négatifs, pas en général. J’ai un grand respect pour la culture et civilisation indienne et je suis sure que les gens sont géniaux, il y a pas de souci pour ça

  13. Pablus posted on 9 avril 2010:

    @Rux Je comprends, on est d’accord et je sais que ce n’est pas ce que vous vouliez dire :)

  14. Antoine posted on 9 avril 2010:

    Si j’ai un lien pour le gardien du palais et la moustache, le tien !!! http://www.pondichery.com/french/etats/karnataka.htm

    C’est dans le palais d’Amber Vilas à Mysore.

    Pour l’intégration et l’anthropologie, tu peut lire les Argonautes du pacifique, de Bronislaw Malinowski

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Bronis%C5%82aw_Malinowski

    C’est une démarche (l’observation participante) qui est certes critiquable selon le point de vue, mais très intéressante à lire !!!

    - “heureusement, celles que j’ai sous la main sont très ouvertes à la discussion :) et loin d’être conservatrices” –> J’en déduis que ton intégration dans l’Inde non traditionnelle se passe très bien … Et qu’il y a eu des soirées sympathique !

    Par rapport au fight :

    “Sinon, au delà des informations culturelles que ton poste puisse fournir, tous tes commentaires par rapport à l’Inde transpirent une autosuffisance typique pour certains habitants de l’Hexagone.”

    –> s’offusquer autant d’être comparé avec l’Inde (enfin je devrais plutôt dire d’avoir dans la même phrase Inde et Roumanie) n’est-il pas de l’autosuffisance

    Faire le rapport Roumanie/Inde (mais tu l’a soit fait avec un ton humoristique sur la façon de conduire, soit fait sur l’importance des traditions) est aussi censé que de faire le rapport Français/arrogance ! Et étant donné que l’Inde et la Roumanie sont les deux endroits ou tu aura séjourné de manière permanente, les comparaisons sont légitimes !

    Nous avons certes pour la plupart d’entre nous une vision très étriqué car nous n’avons jamais eu besoin/envie de regarder ailleurs. C’est un défaut, mais qu’il ne faut pas assimiler à de l’arrogance, ou à de le suffisance. Et te faire ce reproche la à toi est quant même très exagéré, étant donné que tu dois être la personne la plus ouverte que je connaisse !

    @Rux : cela ne t’es pas destiné, ta dernière phrase le prouve “J’ai un grand respect pour la culture et civilisation indienne et je suis sure que les gens sont géniaux, il y a pas de souci pour ça”

  15. Pablus posted on 9 avril 2010:

    @antoine Grave de chez grave, j’avais même pas tout lu !
    Je cite “Vous pourrez remarquer les superbes moustaches des gardiens du Palais. Ils reçoivent chaque mois une prime de “moustache”"…Que c’est beau :)

    Pour ta proposition de technique anthropologique, je trouve ça particulièrement bien joué de la part de ce type (et logique) d’inventer l’”observation participante” en faisant une étude sur la sexualité des sociétés primitives :D:D:D Je pense que tout le monde en aurait fait autant héhéhé. En ce qui concerne l’Inde, je n’ai aucune connaissance en anthropologie ni d’ambition en la matière, mais, pour sûr, je vais essayer de participer (attention, je parle de rites religieux et de tradition ici)

    Oui, la bande de demoiselles qu’on (mes collègues Igi, gabi, shivs et moi) a rencontré sont adorables et loin d’être traditionnelles à mon avis :) ça y va de bonnes soirées et le vin cuit premier prix des travailleurs du bâtiment - l’équivalent de l’Unirea, pour les roumanophiles ;) - coule à flot dans les soirées ! D’ailleurs, ce WE ne fera pas exception, je t’en dirai des nouvelles

    Sinon, par “rapport au fight”, je pense que le sujet est clos, même si j’aurais préféré avoir cette discussion en privé parce qu’elle ne concerne que moi.

    Alleye Peace and Love to all, je m’en vais vous préparer un post sur les quelques interactions que j’ai eu pour le moment avec le système de castes :))

  16. Etienne posted on 12 avril 2010:

    Quand même, c’est la classe, on s’y croirait… t’écris bien mon salaud :-P
    Et même si tu écris bien, il est manifeste que tu ne te fais pas toujours comprendre, j’veux dire qu’en te lisant je n’ai pas ressenti de jugement de valeur ou quoique ce soit d’approchant. En fait je me demande si le fait d’être français n’implique pas directement une sorte de biais, un filtre qui fait que nous autres hexagonaux nous retrouvons et comprenons ce que tu veux dire alors qu’un autre francophone verra immédiatement les préjugés et l’arrogance française. C’est dire si l’on est centrés sur nous-mêmes.
    par ailleurs, si je puis me permettre et pour illustrer mon propos : vous parlez d’anthropologie pour l’étude de la culture indienne… Je pense qu’il serait bon de parler plutôt de sociologie étant donné la qualité de “société” de l’objet d’étude. Le terme d’anthropologie étant usuellement réservé à l’étude des société primitives (argh ! ça c’est rude).

    Bon j’aurais dit assez de conneries comme ça, à bientôt et bon courage pour la suite

  17. Pablus posted on 12 avril 2010:

    Merci pour les encouragements et la précision :)
    Ça fait plaisir de te lire dans ces contrées numériques…
    Et pour te répondre, c’est vrai que les différences culturelles facilitent pas toujours l’analyse. C’est vrai aussi que les français sont assez enfermés sur eux-même, mais, il faut quand même dire que c’est largement partagé par tous les pays que j’ai vu, quand même.
    Mais tu as raison, le fait qu’on ne capte pas ce qu’on y reproche montre bien à quel point on n’y comprend rien.
    En l’occurence, je sais à quel point écrire de manière aussi simpliste en utilisant de telles généralités, comme je le fais dans cet article, peut être vexant (pour les indiens, je parle) et c’est tout à l’honneur d’R2 de ne pas m’en tenir rigueur. Mais il faut le faire, sous peine de s’en tenir toujours au minimum au pretexte qu’on ne peut pas tout comprendre…

    J’ai écrit une chanson là-dessus…(Comme ya un problème de mise à page à l’affichage, j’ai numéroté les couplets)

    Parler ou ne rien dire

    1 Ça c’est sûr, l’on ne sait pas tout
    C’est sans cesse ce qu’on vit partout
    Et si stupide l’on s’en sent bien souvent
    Ou soucieux de peur d’un jugement,

    2 C’est qu’on se sait / abîmer le sujet
    Qu’un sachant / nous en rirait au nez
    Mais si pour ça / on se retient sur tout
    On ne peut plus / parler que de nous

    3 Pour autant de mon voyage en Inde
    J’veux ram’ner aut’ chose que la dengue
    Mais comment parler sans savoir
    Quand chaque phrase implique mil’ histoires

    4 N’en rien faire / pour si mauvaise raison
    S’rait si moche / si aberrant si con
    C’est bien simple / y’m suffit d’assumer
    Que ce n’s’ra / qu’la discussion d’troquet

    (je l’ai guitarée sur l’air de “étudiant poil aux dents” de Renaud mais je n’ai toujours pas ma caméra, donc je mets que les paroles :) )

  18. Antoine posted on 13 avril 2010:

    @ Etienne : +1 pour la première partie de ta réponse.

    Par contre, par rapport à l’anthropologie, elle n’est pas réservée au société primitives (même si le fait que les travaux connus d’anthropologie soit effectué sur des société primùitives peut laisser planer le doute).

    Pour preuve, on retrouve des travaux d’anthropologie économique, d’anthropologie d’entreprise.

    Si l’ethnologie et l’anthropologie sont très proches (avec chacun leur domaine d’action). L’ethonologie est centrée sur les sociétés primitives, alors que l’anthopo est plus générale au niveau du champ d’action.

    Ce sont les méthode qui changent entre socio et anthropo. Dans l’anthropo, l’immersion du chercheur dans son domaine d’étude est beaucoup plus poussé !

  19. pépé posted on 28 avril 2010:

    Salut pablo,

    Content de voir que tu continues de découvrir et rassure toi, même ceux qui passent leur vie en Inde ne finissent pas de la découvrir.
    Simplement à partir d’un moment on est moins surpris par l’inattendu car on comprend que ça ne sert à rien de trop chercher à anticiper …
    Oui tu seras toujours différent mais en Inde on est et on reste toujours différent. L’hétérogénéité est encore un mot faible pour parler de la mosa¨que sociale qu’est l’Inde.
    Etranger, je pense que si tu reste un an ou deux vraiment avec des indiens et l’Inde, tu ne le seras pas plus que celui qui vient d’un état voisin (ou d’un autre caste?).
    De tout ça il faudra qu’on reparle à ton retour.
    Enfin j’espère que tes troubles intestinaux s’appaisent, je sais que c’est difficile de suivre touss les conseils d’hygiène lorsqu’on veut faire le minimum pour s’intégrer, être moins considéré comme étranger, mais …
    allez accroche toi car il va encore faire unpeu plus chaud, j’espère que côté boulot ça se passe bien, que tu apprends des choses et te sens utile!
    à bientôt,

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>



Read more

« Bien arrivé, tout ça tout ça…
Moustache, nouvelles et Médiapart »