Pablus"/>

Les restes du Pablog - préoccupations ponctuelles


Jump to content.

Mes derniers tweets :

Perles du web

Maintenant inactive (remplacée par Twitter)ma revue du web pendant longtemps...De très bons liens :)

Clic sur les tags pour les articles sur...

Archives du blog

Vous pouvez aussi me donner de l'argent...

Le système financier

I A lire/voir absolument :

Si vous n’en voyez qu’un, ce doit être celui-là :

Ce dessin animé (l’argent dette) reprend très pédagogiquement le système financier, de sa création à ses incohérences, sans passer par la case complot. Il propose également des solutions, tout à fait discutables, que je serais ravi de discuter ici…

Comprendre ces bases (et quelques autres) est un préalable à la compréhension de la crise et à a critique/refonte du système financier.

Pour aller plus loin, voici la suite extraordinairement pertinente de l’article “7 jours qui ébranlères la finance” par le même auteur.

Je vais passer le suivi stérile des news incroyables et des listes de menaces et changements et essayer de comprendre un peu ce qui se passe et quelles sont les issues possibles.

II Le mécanisme de la crise :

Comme nous l’avons vu dans “l’argent-dette” (préalable, je vous dis), le système financier actuel repose à 95% sur de “l’argent d’endettement” créé par les banques. Le fait est que sans perpetuel renouveau du crédit, la quantité d’argent dans l’économie est nulle. C’est une crise de liquidité (ce qui arrive maintenant) c’est à dire que l’économie n’a pas assez d’argent pour se financer. D’où la décision des banques centrales du monde entier de créer de l’argent massivement pour financer ce système défaillant.

Comprenons que la dépendance du système financier au crédit est la raison qui fait que la croissance économique est nécessaire. Comprenons que l’endettement croissant est la condition d’existence de ce système monétaire.

Maintenant, comprenons que si la croissance baisse, le crédit baissera (moins d’activité économique, ménages et entreprises plus prudents…= moins de crédits signés). Ce qui diminue la quantité d’argent dette dans l’économie. Ce qui engendre une crise systémique.

Des économistes utilisent la métaphore du vélo : tant que ça avance, ça tient debout.

Maintenant, si le vélo tombe, que la dette globale rattrape l’économie (qui pédale pour la rembourser, ce qui est impossible, si vous avez bien suivi) c’est la crise.

III Conséquences idéologiques :

Est-il possible de sortir de la crise ?

Moins je préfère une métaphore plus parlante : le système financier est un agonisant dans son lit de mort. Les banques centrales font des perfusions pour le maintenir en vie (en distribuant autant de monnaie qu’il en a besoin). Mais les fluides vitaux (l’argent) ne circule plus naturellement entre les organes (la confiance inter-bancaire est rompue). Seul un électrochoc peut relancer le coeur. Un électrochoc, ici, c’est simplement une reprise forte de la croissance économique donc de l’endettement. Je ne vois pas ce qui pourrait provoquer ça, à part une guerre, une nouvelle course à l’espace…
Les conséquences idéologiques sont très très fortes.

“C’est la fin des années Reagan/Thatcher” lit-on de part et d’autre du web.

Les plus néo-libéraux des économistes et politiciens s’éloignent prudemment des “non-intervention” et autres “marchés auto-régulés”. C’est ainsi que l’Angleterre nationalise la quasi-intégralité de son système bancaire. Ce changement est majeur pour suivre (plus tard) la reconstruction du système monétaire.

Le bouleversement idéologique sera-t-il assez rapide pour guérir sur le vif un système en crise ? Avant que la crise de liquidité ne mette en faillite toutes les entreprises ? Ou va-t-on ressuciter le monstre avec ses défauts jusqu’à la prochaine crise ? (ce que proposent nos politiques pour le moment)

Anyway, tout cela pose d’autres questions.

Par exemple, le traité de Maastricht interdit aux Etats de financer quoi que ce soit en s’endettant, avec le fameux seuil de 3% que la France titille régulièrement.

C’est pour ça qu’on se saigne pour réduire les dépenses de l’Etat, c’est pour ça qu’on ne peut construire les logements sociaux, c’est pour ça que le trou de la Sécurité Social est un problème. C’est pour ça qu’on vend La Poste, EDF, GDF, qu’on ne s’occupe pas de nos réseaux de traitement d’eau, que l’audio-visuel public ne doit pas coûter, qu’on supprime RFI (là c’est vraiment dégueu), qu’on doit se doter de systèmes de retraites complémentaires privés (obligatoire, en Roumanie, depuis quelques années)…

Alors, la faim dans le monde, la santé publique, les logements sociaux…etc. sont tellement secondaires par rapport à sauver les banquiers ? Sauver les fauteurs de troubles va justifier un changement de politique majeur en Europe (Merkel et Sarkozy ont décidé démocratiquement unilatéralement que pour ce tour de carte, les seuils de Maastricht n’auront pas à être respecté). Je crains qu’à un moment, les peuples se rendent compte qu’on se paye leur bérêt. Surtout dans le contexte sociaux-économique grave à venir dans les prochains mois, quand la crise économique aura aggravée la tension sociale latente.

Prochain post ici-même : Quelques scénarios de sortie de crise

Je n’ai malheureusement pas le temps de finir ça tout de suite…

A suivre donc.

Nouvel épisode

Pendant que j’écrivais hier se jouait une ligne de plus à rajouter au topo : je cite Mediapart (désolé les gars ;) les temps sont durs) :

Depuis le début de semaine, les Bourses des principaux pays en développement vacillent, de concert avec les places européennes et américaines. Ca plonge à Moscou (-19% lundi, -14,3% mercredi), Djakarta (-10% lundi, -10,3% mercredi), Buenos Aires (-6% lundi, -2,6% mercredi vers la mi-séance) et Sao Paolo (-5,4% lundi, -3,5% mercredi). Au Caire, l’indice de référence a tout simplement réalisé, mardi, sa pire séance depuis sa création, en baisse de plus de 16%, avant de céder encore 7% mercredi. L’indice MSCI «marchés émergents», l’un des indices de référence pour ces économies, a chuté de 9,5% sur la seule séance de lundi, un record.

Les bourses des pays en développement, censés prendre le flambeau après la chute des américains et européens et tracter la croissance mondiale, s’effondrent à leur tour.

Hier matin, les bourses européennes redressent la tête (un peu) est-ce :

- un rebond technique

- un bon signe

- un engloutissement sauvage des valeurs qui ont tant baissé hier mais qui veut rien dire

- une réaction à la baisse des taux d’intérêt des banques centrales mondiales -dans la plus grande synchronisation financière de l’histoire, toutes les banques centrales ont baissé d’un demi-point leurs taux d’intérêt, hier, par surprise-

(pour comprendre le rôle des banques centrales et des taux d’intérêt, regardez ce dessin animé niais mais très pédagogique de la BCE -minute 5,30 pour les taux d’intérêt-)

Réponse : et bien, hier soir, c’était des chutes spectaculaires dans toutes les bourses. Autant dire que la confiance n’est pas prête d’être rétablie.

Un problème de plus, la perte de confiance, après avoir été confinée aux banques entre-elles, arrive chez les PME et les citoyens. Les mouvements de fonds sont invraisemblables et chacun retire et replace en lieu sûr, fait des réserves, achète de l’or (la valeur historiquement fiable). Cette frénésie ne peut qu’avoir des conséquences catastrophiques.

Dès qu’une banque n’a plus d’argent à rendre, elle fera faillite.

Prenons l’exemple de l’agence web où je fais mon stage : si la banque de cette entreprise fait faillite, mon patron ne pourra pas nous payer à la fin du mois. Lequel des salariés acceptera de travailler sans argent ?

Cette menace pèse désormais sur toutes les entreprises.

Carnet de Nuit dit :

Et toujours pas un pour admettre ou avouer que l’ensemble du système capitaliste et libéral est en train de s’effondrer comme un château de cartes et que tout, TOUT,  doit être remis à plat.

Je demande :

Comment ?

Une crise mondiale, qu’on rigole

On pensait que la croissance de l’économie mondiale pouvait croître infiniment sur trois grands pilliers totalement artificiels. - l’obsolescence programmée des biens, l’endettement des ménages, la spéculation financière -

On pensait que les marchés avait acquis de 1929 une sagesse des foules qui éviterait tout emballement.

D’ailleurs, on pensait que les Etats en avait appris l’interventionnisme et le contrôle des marchés.

On pensait l’été dernier que la crise se résorberait après avoir nettoyé le “micro” marché des subprimes, avec quelques pertes et nationalisations.

On pensait il y a deux semaines que les bourses européennes n’étaient pas concernées.

On pensait bien sûr que les marchés asiatiques, futurs maîtres du monde, seraient épargnés par la crise, qui n’était que financière et américaine.

Et d’ailleurs, on pensait que Sarkozy ne nationaliserait rien de plus que la facture de son futur Air Force One, ses repas au Fouquet’s et le prix de sa stupide et inutile lutte contre le piratage.

Mais au fait, on pensait aussi que l’état français n’avait plus un radis pour financer des classes à 35, des secondes langues, des logements sociaux ou des services publics…

On se trompait.

Aujourd’hui, le taux d’endettement des ménages américains est de 140% du PIB, l’essentiel de l’activité américaine tourne sur de l’argent qui n’existe pas (et n’existeront jamais, désolé chers banquiers). Ce qui met en péril toutes les entreprises qui reposent sur cette consommation. (cf bourses asiatiques, ci-après)

Aujourd’hui, on a constaté l’absence total de suivi (qualitatif) des investissements et des bilans des organismes financiers par les autorités (haha) financières et les organismes de quotation.

Aujourd’hui, on a constaté l’interventionnisme “à posteriori” de l’Etat qui se contente de faire peser sur ses citoyens le prix des erreurs des banques nationales pour préserver un système injuste, agonisant et aliénant (j’y reviendrai) en balançant des milliards du trésor national. (ils viennent de nos impôts, ces milliards, quand même)

Aujourd’hui, on a vu la voracité et l’irresponsabilité avec laquelle les banques se sont jetées sur des produits financiers injustes et incertains. (voire cette excellente bédé : les subprimes expliquées aux enfants)

Aujourd’hui, 3 des 4 plus grandes banques anglaises ont demandé d’urgence des milliards à l’Etat pour survivre à court terme, la 5ème banque d’Europe a été nationalisée (Fortis, dans laquelle 1/2 des belges ont leur compte courant) -puis racheté par la BNP, c’est quand même dans les crises qu’on fait les meilleurs affaires-, la 4ème banque allemande a coulé et son sauvetage a couté 35 milliards au contribuable…etc …et ce matin encore, le CAC 40 a perdu 9 % °O°

Note : La sympathique fable des garanties de dépôts, inventée par les états européens pour faire croire aux citoyens que ces histoires de gros sous n’allaient pas toucher leurs économies d’une vie est rigolote : le fond de garantie (c’est à dire l’argent disponible pour garantir les retraits) en France est de 1,7 milliards. Si la calculette de Google fonctionne, ça signifie 24 285 citoyens couverts. J’ai du mal à rire à gorge déployée.

Aujourd’hui, l’Europe est (comme d’habitude) désorganisée et incapable de faire mieux que les USA, en mettant sur le dos des citoyens le prix des absurdités financières.

Ce matin, les marchés asiatiques ont largement dépassé le cap de la situation critique : au Japon, le troisième pire record de l’histoire de cette bourse…etc. (voir ici) Ils s’inquiètent à raison de la perte de valeur du dollard face à leurs monnaies qui garantit leur baisse d’exportation (leurs produits coûtent plus cher) et aussi de la baisse de la consommation USA/UE due au durcissement des possibilités de crédits, à la baisse de consommation des millions de gens qui seront au chômage dans les prochains mois, à la réduction des investissements de toutes les entreprises…

En tous cas, préparez la vaseline, toute valeur perdue dans ce chateau de carte sera payée par nous aussi :

- les Etats distribuent notre argent (qu’ils n’ont pas) et endettent nos enfants pour sauver ce système.

- chaque dépréciation d’une action boursière va amener les actionnaires de ladite entreprise à “visser” un peu plus les directeurs généraux, pour conserver encore et toujours leurs XX % de dividendes ce qui va massivement mener à : plus de délocalisations vers des pays à moindre prix ; plus de pression du résultat et d’écrasement du coût salarial ; plus d’utilisation de produits “low-cost” = réduction de la qualité des produits ; augmentation du prix des produits…

Bon, si le prochain topo c’est sur la crise alimentaire et après, la crise écologique, on va encore croire que je suis pessimiste…Pas du tout !

Il y a plein de choses bonnes, belles et marrantes :)

Crise financière : à lire absolument

Voilà, j’ai enfin trouvé un article qui soit autre chose qu’un jus de carotte castré et bien-pensant.
Non seulement cet article est extrêmement clair, mais il chausse avec orgueil un parti pris idéologique que je partage absolument, sans jamais tutoyer le gauchisme qui mène, on le sait tous, au communisme, à l’esclavage, la torture, l’obscurantisme…etc.

Bref, il critique intelligemment (hey Toto, tu veux dire que ça existe encore ?) et de manière argumentée (Ahh non, là je te crois plus, c’est trop gros ton mytho) le système financier.
Il est ICI. Lisez-le.

EDIT : j’ai oublié de préciser le slow-time de la vie réelle ne permet pas à l’analyse de rejoindre la crise financière. Donc, bien sûr, entre cet article et maintenant, la crise a éclaté en Europe, forçant la Belgique, le Luxembourg et la Hollande à nationaliser l’une des plus grandes banques d’Europe (Fortis). Et c’est que le début. (voir Dexia hier)

EDIT 2 : (15h) Et pour élargir sur une vision plus long-termiste avec des centaines de points de vues de très haut niveau, lisez cet article de Rue 89 et surtout tous ses commentaires…

Par ailleurs, j’invite les lecteurs non “pilier de blog” et non-utilisateurs de flux RSS à s’inscrire pour recevoir le Pablog par mail ce qui leur évitera de revenir pour rien ou de s’inquiéter d’avoir tout raté depuis deux mois qu’ils sont pas venus.

Entrez simplement l’adresse dans le champ ci-en-haut-à-droite et validez dans le mail que vous recevez instantanément. (je précise pour les paranos que les adresses en question ne seront utilisées que par moi (pour recevoir le Pablog) puisque c’est un module hébergé en interne par le Pablog et pas dans un service extérieur qui pourrait les utiliser à de retors escients.

La troisieme revolution industrielle

Corine Lepage (une fille bien) interviewee dans eco-life resume tres bien la crise actuelle :

“…

La troisième révolution industrielle est en marche, mais au même moment, le système économique et financier s’effondre. La seule voie possible est la sortie par le haut, qui consiste à transformer notre économie en éco-économie.

…”

Hey Totor, tu m’as deja perdu… De quoi quelle cause la megere ?

Par troisieme revolution industrielle, Corine fait reference non seulement a l’age des reseaux mais egalement a l’experience allemande, dont elle espere faire une generalite : de massifs investissements dans les energies renouvelables et les greentechs ont generes 1,5 millions d’emplois, une economie creative et competitive, de nouveaux usages des citoyens, une societe plus adaptee a la catastrophe ecologique en cours…

Un type super baleze expose ici des composantes de cette revolution : l’auteur y explique que l’UE est particulierement bien placee pour enclencher cette revolution et detaille des synergies potentielles bigrement interessantes, comme le reseau electrique intelligent ou l’hydrogene comme stockage des energies renouvelables…

Lisez ce rapport, c’est tres rare de lire des choses si optimistes. Ou ce resume , c’est plus court.
Donc, de magnifiques opportunites business qui donneraient a l’Europe les moyens de se demarquer…

Mais, Nanard, pourquoi qui sont tous foufous avec leur troisieme revolution ? C’est beaucoup trop beau pour etre vrai…

Hum, pas vraiment. Pour comprendre cet enthousiasme, il faut d’abord admettre l’axiome suivant : les ressources de la planete sont limitees. L’utilisation humaine des ressources (energie, alimentation…) etant exponentielle, le clash est ineluctable. (et plutot proche ) La troisieme revolution est, d’un certain cote, le processus de survie de l’humanite, c’est a dire le fruit de l’adaptation des hommes a leurs ressources limites. C’est pourquoi elle est ineluctable.

Ca passe, evidement par l’adoption de sources d’energie renouvelables, l’arret des modifications climatiques anthropogeniques, une reduction des dechets menagers…etc. D’ou les fameuses opportunites business.

Les seules variables autour de cette troisieme revolution industrielle sont :
- a quel niveau d’invivabilite et de destruction la Terre sera rendu quand le processus sera acheve ?
- combien de milliards d’hommes vont en mourir ?

Mais ca, ca interesse pas trop l’Europe vu que ce sera massivement pas nous…

Alors mon conseil…Quel que soit votre secteur d’activite, interessez-vous aux applications vertes, parce que c’est ca l’avenir. Devenons ecolos realistes…

Et par la meme occasion, essayons de sauver ce qui est encore sauvable et de pas trop en faire baver nos homologues des pays dits du Sud…

On discutera de comment quand je pourrai faire des accents parce que la ce clavier me brouille l’ecoute…

De la FED, Marseille, les rroms, l’e-monde…

- Rom ou Rrom ? Vous lirez sur cafebabel qu’on dit effectivement rrom. (il est amusant de constater qu’en meme temps que nous nous posions la question, le blog des correcteurs du Monde en apporte la reponse…) Je rajoute une edifiante interview de l’autoproclame roi des rroms, a Sibiu, qui illustre l’incroyable balance entre volontes d’integration et respects de traditions incompatibles dont nous parlait Irina en commentaires

- J’en profite pour parler du singulier sommet de l’UE d’hier sur l’integration des rroms : la revoltante prise d’empreintes digitales italiennes pour raison ethnique a ete fermement condamnee par Jacques Barrot (affaires interieures). “Cette salle réunit tout ce que les Roms comptent de chefs”. Exemple de la creativite rhetorique quand les rroms entrent au parlement, Barrot a ete menace d’etre “maudit par tous les gitans” s’il ne tenait pas ses engagements. Lire sur le Monde.

Constatons encore une fois la difference de traitement de l’information avec le Figaro (ici), pour qui “Ces manifestations d’hostilité ne devraient pas faciliter la tâche de la présidence française” (slurppp) …Le pov…

- Autre nouvelle d’importance : Marseille a ete designee capitale de la culture 2013. Quand on voit le bien que ca a fait a Sibiu en 2007, (nos photos arrivent toujours ;) ) c’est une nouvelle exceptionnellement bonne pour cette ville exceptionnelle.

- La FED, apres avoir laisser mourir avec force eclaboussures la 4e banque d’investissement americaine (Lehman Brothers), a injecte cette nuit 85 milliards de dollars pour sauver AIG. Ce que cela traduit est hautement inquietant comme l’explique cet article (court) de Carnet de Nuit. Mediapart avait predit cela et detaille le budget de la FED il y a quelques mois…(pour essayer gratuitement Mediapart, jusqu’a fin septembre, envoyez un mail a essaigratuit@mediapart.fr. Merci Sergio.)

- E-monde :

Je vous conseille vivement la lecture de cet article qui explique la petite revolution dans la recherche de contenu, qui va arriver dans tres peu de temps…(en gros, indexation du son des videos, ce qui donne dans les resultats de recherche un lien direct vers la partie d’une video ou ce mot est utilise)

Et celui la, qui montre les progres fulgurants et inattendus des e-books, ces lecteurs de journaux et livres qui seront dans tous nos sacs dans quelques annees. (garanti !!!)

Crise economique, e-monde et le reste

1 Nashi, jeunesse pro-Poutine

Je relaie les inquietantes informations de Sergio sur Nashi, l’organisation des jeunesses pro-Poutine, creee en 2005 pour contrer une eventuelle revolution orange a l’Ukrainienne (2004) par la guerre des rues. Plusieurs centaines de milliers de jeunes endoctrines sont donc invites a procreer pour une patrie puissante (les tentes sont fournies), a s’engager a l’armee pour savoir se battre…

Wikipedia vous dira tout (a lire absolument).

Nashi en images.

Je cherche des sources pro-Nashi pour savoir si les ci-dessus documents sont completement manipulateurs. Si vous trouvez…

2 Crise economique

Le tsunami de la crise economique issue des appetits irresponsables des geants de la finance nous envoie ses premieres vagues. Si ce qui ce passe avec Lehman Brothers, Merrill Lynch, Freddie Mac, Fanny Mae, AIG…vous interesse, je vous invite a lire cet article dont je partage les vues. A une exception pres :

L’auteur, optimiste (lisez), omet de rappeler que les dictatures ne s’elevent que dans des contextes economiques moroses ou grave (voir l’Histoire) et que cette crise pourrait amener a des autocraties (lire 1) ou a des guerres en plus des consequences qu’il evoque. (Pour du vrai bon dossier, je peux offrir des acces au dossier de Mediapart sur le sujet. Demandez moi par mail ou en commentaires en precisant votre mail)

A lire aussi : le developpement durable est ne en Afrique…: Le crepuscule des dieux sur Eco-life

3 E-monde

Un excellent article de InternetActu qui fait le bilan de 20 ans de recherche sur la Vie Artificielle, sujet central du laboratoire de recherche de l’IIM dans lequel j’ai travaille toute l’annee. (voir le blog inactif de l’Interactive Media Lab)

Un exemple d’encre electronique grand public beaucoup plus tot que je ne le croyais possible.

OpenStreetMaps, le wikipedia de la cartographie. (lire cet article)

Un petit article de plus sur les problemes de vie privee et google (reader, cette fois)

4 Rroms et UE

Trouve par Lud@l (merci) et Arnal, aujourd’hui a lieu un sommet europeen avec pour theme l’integration des rroms. Lire ici. Bilan demain.

« Previous Page